GR20 - Randonnée Corse : le Guide Complet

50 médecins de Bastia et Porto-Vecchio déposent leur déconventionnement

Suite à l’impasse atteinte dans les pourparlers entre les praticiens de santé et l’Assurance maladie, cette dernière n’ayant pas pris en compte la particularité liée à leur situation géographique insulaire concernant les coûts des visites médicales, un total de 33 médecins de la région du grand Bastia et 17 de Porto-Vecchio ont opté pour la déconvention.

Le collectif des médecins libéraux corses a annoncé ce lundi leur engagement à tenir leur promesse en procédant à un acte significatif ce 4 mai. En effet, cinquante professionnels de santé libéraux de l’île s’apprêtent à soumettre officiellement leur lettre de déconventionnement à l’Assurance maladie. Ce mouvement, initié par un collectif formé il y a un an et rassemblant actuellement plus de 300 médecins, qu’ils soient généralistes ou spécialistes, met en évidence une décision prise par 33 médecins de la région de Bastia et par 17 de celle de Porto-Vecchio. Ces chiffres illustrent une situation alarmante où près de la moitié des médecins généralistes à Bastia et plus de 60% à Porto-Vecchio sont impliqués. La situation est d’autant plus préoccupante que certains médicins envisagent de se relocaliser ou de prendre leur retraite prématurément, exacerbant le problème d’accès aux soins sur l’île.

Le cœur de leur revendication réside dans la demande de reconnaissance des particularités géographiques de la Corse dans la convention médicale. Malgré des mois de pourparlers, le collectif ML Corsica a dû se rendre à l’évidence de l’échec de leurs propositions auprès de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie. Le Dr Cyrille Brunel, représentant du collectif, a exprimé le mois passé leur déception et leur détermination à faire valoir les spécificités corses afin d’assurer une qualité de soin équivalente à celle du continent. Le collectif avait proposé six mesures concrètes – toutes refusées par la CNAM – et plaidait pour l’acquisition des mêmes avantages que ceux attribués aux DOM-TOM ou une ouverture généralisée au secteur 2 pour tous les praticiens.

Un séminaire tenu en mars 2024 sur le sujet a permis de jeter la lumière sur ces enjeux sans pour autant aboutir à des solutions acceptées par la CNAM. L’intention n’était pas de promouvoir une médecine déconventionnée en Corse, mais plutôt de garantir un accès équitable aux soins pour les Corses au sein d’un système conventionnel adapté. Malgré cela, dans un geste symbolique marquant, le 4 mai 2024 à 10 heures, les 33 médecins de Bastia et les 17 de Porto-Vecchio enverront leur lettre par recommandé à l’assurance maladie depuis les bureaux de poste de leur ville respective.

Continuez votre lecture