GR20 - Randonnée Corse : le Guide Complet

Coût du passage de la flamme olympique en Corse

Ce mardi 14 mai, la Corse accueillera la flamme olympique, avec 119 relayeurs se relayant à travers l’île pour célébrer l’esprit sportif et les valeurs de l’olympisme pendant une journée entière. Une organisation conséquente a été nécessaire pour orchestrer cet événement, cependant, l’impact financier sur les collectivités locales traversées par la flamme devrait rester négligeable.

Le mardi 14 mai, la flamme olympique fera sa traversée en Corse, après avoir visité Marseille, les Alpes de Haute-Provence, les Bouches du Rhône, et l’Occitanie. Partant d’Ajaccio depuis la Parata et se dirigeant vers la place Saint-Nicolas à Bastia, le parcours inclura des lieux emblématiques tels que les Aiguilles de Bavella, l’Ile-Rousse, Zonza, Corte, Campana, Piedicroce, Porto-Vecchio et Furiani. La manifestation verra la participation de 119 relayeurs et ambitionne d’enthousiasmer particulièrement la jeunesse corse à l’olympisme, avec plus de 600 élèves attendus au site de Viseo. Lauda Guidicelli Sbraggia, chargée des sports et de la jeunesse, souligne l’importance de cet événement pour promouvoir les valeurs olympiques et la culture régionale.

Ajaccio a été honorée de débuter le relais sur l’île, une occasion rare mise en lumière par Michèle Caprioli, responsable de l’événementiel à la mairie. Bastia aussi exprime sa fierté d’accueillir à nouveau la flamme, saluant cette opportunité de valorisation internationale de la ville et de réaffirmation des valeurs olympiques.

Concernant le financement, chaque région traversée par la flamme doit normalement contribuer à hauteur de 180 000 euros aux frais d’organisation. Cependant, la Collectivité de Corse a trouvé un accord avec le comité organisateur pour réduire cette charge. Lauda Guidicelli Sbraggia assure que des efforts ont été faits pour minimiser les dépenses publiques, avec l’aide de la mairie d’Ajaccio qui a fixé son budget à environ 60 000 euros principalement pour des activités d’animation. Bastia aussi a limité ses dépenses aux nécessités, surtout pour la sécurisation du parcours.

La sécurité, prise très au sérieux, a impliqué de vastes préparatifs, majoritairement financés par l’État, mais a aussi nécessité une organisation minutieuse de la part des villes pour minimiser les perturbations. Ajaccio et Bastia ont dû adapter les dispositions de stationnement et de circulation, en informant au mieux les résidents et en proposant des solutions alternatives, comme des parkings de substitution et la fermeture temporaire des écoles et certains services le jour du relais.

Cette traversée de la flamme olympique est dépeinte comme une occasion exceptionnelle pour la Corse, non seulement de célébration mais aussi de démonstration des valeurs sportives et de la richesse culturelle de l’île, malgré les défis logistiques et financiers que cela implique.

Continuez votre lecture